Au pressing Océanide, Marine a trouvé sa place

Marine Michelier a repris le Pressing Océanide, à La Teste-de-Buch, en avril 2021. Une nouvelle vie pour cette ancienne salariée

Pour Marine Michelier, c’est un changement de vie. De ceux qui permettent, parfois à la surprise générale, de trouver sa place. Âgée de 33 ans, cette entrepreneuse a repris le 1er avril 2021 le Pressing Océanide, place du marché à La Teste-de-Buch. Un commerce installé depuis 16 ans. Après avoir été assistante commerciale et agent immobilier, la jeune femme qui se définit elle-même comme une « touche-à-tout » explique son appétence pour le linge.

« Il m’a toujours attirée » dit-elle sans se départir de son sourire, devenu aussi sa marque de fabrique. « A la maison, déjà enfant, parmi les tâches ménagères, c’est vers lui que j’allais. Et je ne sais vraiment pas pourquoi ! » Rapidement, Marine s’est tournée vers le zéro déchet, fabriquant elle-même sa lessive à renfort de savon de Marseille, bicarbonate et cristaux de soude. Alors, quand pour des raisons personnelles elle a quitté l’Ile de France pour s’installer dans la région Bordelaise, elle s’est d’abord mise en quête d’une laverie.

« J’ai fait une étude de marché. Et, par hasard, ai appris que le pressing Océanide était à vendre. J’ai débarqué comme une fleur, le 5 janvier et demandé à faire un test de quinze jours avec l’ancienne propriétaire. Dès le premier soir, je savais que c’était ça. » A l’issue d’une période de tuilage de quatre mois, Marine a officiellement repris le commerce. Avant elle, trois repreneurs potentiels s’étaient succédés, sans succès.

PRESSING OCÉANIDE | Actualités économiques
Marine MICHELIER

Formations et aides

Pour mener à bien son projet, elle a suivi deux formations au Centre technique de la teinturerie et du nettoyage (CTTN). L’une à Paris consacrée à l’utilisation des machines de nettoyage à sec, l’autre à Lyon autour des métiers du pressing et de la blanchisserie.

Elle s’est aussi rapprochée de l’Agence de développement économique BA2E avec laquelle elle a pu travailler sa stratégie et, surtout, rechercher des financements notamment dans le cadre de la transmission et reprise d’activité. « J’ai toujours été employée, toutes ces démarches m’étaient étrangères. BA2E a été d’une grande aide pour moi » témoigne-t-elle.

Dans le même temps, Marine s’est attelée à renouveler son parc de machines tout en refaisant sa vitrine et l’accueil de la boutique. Un relookage dans lequel elle exprime aussi sa sensibilité écologique n’utilisant que des produits de nettoyage sans phosphate ou parabène. La valise ouverte qui trône devant le comptoir témoigne de sa conviction environnementale. Elle regorge d’objets et accessoires offerts en libre-service. « Je déteste jeter, explique-t-elle. Chacun peut se servir et abonder en déposant aussi son propre don. Tant qu’on ne m’amène pas un frigo, c’est bon ! »

Marine espère également, à terme, se débarrasser du plastique et n’utiliser que des housses consignées. Elle lorgne aussi du côté de l’aqua-nettoyage, un procédé sans utilisation de solvant. Des projets, elle n’en manque pas. Ce qui lui manque, aujourd’hui, c’est de la main d’œuvre. Notamment en haute saison. « L’été, ici, c’est du 9 heures, 23 heures. Je suis heureuse de ce que je fais. J’aime le côté marchande, c’est mon âme d’enfant. Même si je ne connais pas beaucoup d’enfant qui disent plus tard je voudrais tenir un pressing. Adulte, pour moi, c’est le bonheur ».

PRESSING OCÉANIDE | Actualités économiques
Vitrine du pressing

Contact : Pressing Océanide, place du Marché, 6 Rue François Legallais à La Teste-de-Buch 09 50 46 30 93.