La petite société Gujanaise ETM est présente partout dans le monde. Depuis 17 ans, son créateur Laurent Descos développe des systèmes d’amarrage innovants

Discrètement installée sur le port de la Barbotière à Gujan-Mestras, l’entreprise ETM Marine rayonne à l’international. Spécialisée dans le calcul et la conception des systèmes d’accostage et d’amarrage dédiés pour les bateaux de plaisance et de commerce, elle est l’une des deux sociétés Européennes à proposer ce type de service aux terminaux portuaires. Bordeaux, Le Havre, Saint-Nazaire, Nouméa, Dakar, Saint-Pierre-et-Miquelon, Fort-de-France : la liste de ses chantiers est longue.

Chaque port ayant sa spécificité, à chaque fois, elle propose du sur-mesure. L’idée étant de prendre en compte tous les paramètres liés aux infrastructures, aux bateaux, aux conditions météorologiques et marines pour garantir un accostage et un amarrage sécurisés. Travaillant en étroite coopération avec les ingénieurs de Sumitomo Rubber Industries au Japon, elle relève les défis les plus techniques.

Derrière ETM, se trouve un homme, Laurent Descos. Bordelais, ingénieur, créatif et débordant d’idées. Aujourd’hui âgé de 45 ans, il a créé sa société en 2002 et choisi de s’implanter à Gujan-Mestras. Dix-sept ans plus tard, ETM emploie six salariés et a déjà déposé cinq brevets. Avec son frère, Eric, informaticien et actionnaire dans l’entreprise, Laurent Descos, à la mécanique et la conception, réinvente l’amarrage. Son épouse, Virginie, travaille également à ses côtés.

etm marine 2

Un dispositif coulissant d’amarrage

Laurent Descos est actuellement engagé sur deux projets innovants, en lien avec le bassin d’Arcachon. Le premier concerne un dispositif coulissant d’amarrage sur câble. ETM y intervient dans le cadre d’un projet de recherche et développement initié par le Parc Naturel Marin du bassin d’Arcachon et à la ville de Lège-Cap Ferret. Ce qui lui a déjà valu d’obtenir de l’INPI (Institut national de la protection intellectuelle) une pertinence de 100%. « Il n’y avait rien de comparable auparavant » résume-t-il.

L’idée est simple : remplacer les corps-morts existants, des blocs de bétons immergés et reliés par une chaine à une bouée flottante par des solutions ayant un moindre impact sur les fonds marins.

etm marine 1

Des bouées connectées

Parallèlement, ETM planche sur un nouveau concept de gestion des mouillages à flot. Là, il s’agit clairement de bouées connectées. Un nouveau brevet Franco-Américain vient d’être déposé. « Le but est de mutualiser les corps-morts » résume Laurent Descos. Pour cela, il a cartographié les mouillages à flot présents sur le Bassin et affiche leurs disponibilités sur un site internet dédié. La demande d’un plaisancier est ensuite relayée auprès de la capitainerie qui valide ou non sa requête de location. « Dans le premier cas, le plaisancier passe récupérer un dispositif codé qui correspond à la bouée choisie. Une fois qu’il se connecte, un dialogue s’établit via une application mobile. » Le système ouvre à la fois la porte à plus de sécurité… et de services.

« Si le système détecte qu’il y a eu un décrochage, il demande au plaisancier de confirmer qu’il est parti en navigation. Sinon, il est possible de géolocaliser le tag et de retrouver le bateau. » Ca, c’est pour le volet sécuritaire. Pour le reste, l’application permet d’informer l’usager sur ce qui se trouve dans son périmètre. Qu’il s’agisse de restauration ou de loisirs. De plus, le gestionnaire des bouées se voit proposer de les équiper d’un système anti-fraude. Une intelligence artificielle embarquée capable de détecter si un amarrage hors contrat se fait sur le corps-mort réservé.

Ce système, baptisé Béa, ETM le présentera en détail lors du salon nautique d’Arcachon ce 13 avril prochain. L’entreprise fait partie des sociétés innovantes participant au concours de NINA (Nautisme Innovation Numérique Atlantique). Lauréat du Trophée de l’excellence artisanale en 2018, Laurent Descos foisonne de nouvelles idées. « Je suis passionné d’innovation, c’est un fait mais je suis aussi très sensible à la réalité économique. Le but est de développer des systèmes qui soient utilisés par le plus grand nombre. »

ETM Marine, l’ingénierie au service de l’amarrage |  Actualités économiques