DPS

A La Teste-de-Buch, Drone Protect System a développé un drone de surveillance autonome. Un concept innovant qui séduit le marché de la défense.

Un drone truffé de caméras et de capteurs capable de décoller tout seul, en seulement vingt-trois secondes, au déclenchement d’une alerte, de se rendre sur un point de surveillance, de transmettre les informations en temps réel et de rentrer de manière tout aussi autonome dans sa station de protection et de rechargement : voilà ce que propose la société Drone Protect System (DPS). Implantée dans les locaux de la pépinière d’entreprises de la Cobas (communauté d’agglomération du sud Bassin) elle emploie une dizaine de personnes et déploie ses ramifications dans tout l’Hexagone et à l’étranger.

« Nous travaillons avec un réseau de distributeurs issus de la sécurité privée » explique Philippe Gabet, le président de DPS, lui-même ancien professionnel du secteur. Cette idée d’un drone autonome, il la murit depuis de nombreuses années. A la fin de l’année 2015, il crée DPS avec Jean-Luc Saugueret, sa compagne, Véronique Saubade ainsi que Patrice Bar, l’ancien commandant en second du Groupement central des formations aériennes de la gendarmerie, sur la base aérienne de Cazaux. L’aventure est en marche. « Nous avons associé plusieurs compétences et nous sommes mis en quête de ceux qui pourraient construire ce à quoi nous avions pensé » poursuit Philippe Gabet.

DPS

Breveté en 2017

En 2016, DPS rejoint le cluster drones Aetos et se retrouve mis en relation avec la start-up Mérignacaise Skeytech qui réalisera les deux premiers prototypes de drones autonomes qui seront notamment testés sur le site agricole de Tom d’Aqui, à Parentis, dans les Landes. Le rachat de Skeyetech en octobre 2017 par le leader du drone à usage professionnel, Azur Drones, a stoppé leur collaboration. DPS travaille aujourd’hui avec une autre société de conception, confiant la construction de la station à un second prestataire et conservant, bien entendu, tout le « soft ».

Les premières ventes des modèles industriels ont débuté en octobre 2018. « Notre premier client fut signé lors d’Eurosatory » stipule Philippe Gabet. Eurosatory étant le salon international consacré à la défense et à la sécurité terrestres et aéroterrestres qui se tient tous les deux ans à Paris. Précédemment, en décembre 2017, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avait délivré à DPS la toute première autorisation particulière et permanente de vol pour un drone autonome sur l’ensemble du territoire. Lequel, se doit d’évoluer dans un espace privé qui se trouve être celui du client qui l’emploie et répond à des contraintes d’altitudes et d’éloignement. Surtout, une formation de téléopérateur est obligatoire. Et c’est Patrice Bar qui l’assure.

« Notre système a été breveté en décembre 2017 et là nous, nous avons déposé une demande PCT » poursuit Gabet. Le PCT est un traité de coopération en matière de brevets qui permet d’obtenir la protection internationale d’un brevet dans un grand nombre de pays. DPS travaille déjà à l’internationale avec le Maroc, l’Afrique du Sud et l’Amérique latine. La Défense et les gros sites industriels classés restant ses principaux clients.

DPS

La surveillance des parcs à huîtres

En juin 2018, l’entreprise a fait parler d’elle en faisant une démonstration, à Gujan-Mestras, sur un parc à huîtres, filmée par l’équipe M6 d’enquête Exclusive. Le drone avait réagi à une intrusion sur un bateau situé dans le port et déclenchée par une balise électronique. Après accord du téléopérateur, le drone avait décollé et effectué un vol stationnaire, le temps pour l’opérateur de solliciter ou non une intervention des forces de sécurité. « La solution drone autonome est 40 fois plus rapide qu’une levée de doute humaine » précisait alors Philippe Gabet qui la qualifie d’«agent de surveillance 4.0 ». Dans ce cas présent qui reste toutefois anecdotique pour DPS, la location annuelle d’un drone autonome et de sa station se chiffre à partir de 26 000€. En dehors d’une mutualisation des professionnels de l’ostréiculture, son usage à titre privé semble difficile. Localement, le port d’Arcachon a demandé une étude à DPS. De son côté, l’entreprise qui est en lien avec de bien plus gros clients requérant une toute aussi importante discrétion de se développer.

DPS, l’agent de surveillance 4.0 |  Portraits d'entreprises

Elément du groupe Delta Drone

Tout récemment, la société DPS a rejoint le groupe Delta Drone par le biais d’une prise de participation de 40% réalisée par DDrone Invest, filiale d’investissement détenue à 100% par Delta Drone SA. Acteur international reconnu du secteur des drones civils à usage professionnel, Delta Drone est une société cotée sur le marché Euronext Growth Paris.

DPS

Contact : Pépinière d’entreprises de la COBAS, 1010 av de l’Europe, 33 260 LA TESTE DE BUCH – 05 47 74 47 86 – https://www.droneprotectsystem.fr/